Return to site

Chaude pisse

Prévention

 

La chaude pisse est le terme familier employé pour désigner la blennorragie ou gonorrhée. Il s’agit d’une Infection Sexuellement Transmissible (IST) due à la bactérie gonocoque (Neisseria gonorrhoeae).

 

Comment se transmet le gonocoque ?
La transmission du gonocoque se fait principalement par contact sexuel et est due à l’atteinte des muqueuses de l’appareil urinaire, de l’appareil génital ou du rectum, de la bouche/gorge.
Les muqueuses atteintes sont fragilisées ce qui favorise fortement en plus la contamination par d’autres IST comme le VIH, la syphilis…

 

Quels sont les symptômes de la blennorragie?
L’infection à gonocoques peut être asymptomatique. Lorsqu’il y a des symptômes, les manifestations peuvent être :
- sensation de brûlure en urinant (surtout chez les hommes) et/ou
- sensation de brûlure au niveau vaginal, rectal et/ou
- écoulement jaunâtre au niveau du pénis, du vagin, du rectum et/ou
- forte fièvre et/ou
- douleur dans le bas ventre et/ou
- possible angine.

 

Peut-on soigner la blennorragie ?
Le traitement de la blennorragie se compose d’antibiotiques associés à des traitements locaux par crème ou ovule.
Il est important de traiter également le partenaire pour éviter de se réinfecter mutuellement.
Attention l’organisme ne conserve pas d’immunité suite à une blennorragie, il est donc possible d’être contaminé plusieurs fois.

 

Quelles sont les conséquences de la blennorragie ?
Être porteur de gonocoques peut engendrer les risques suivants :
- risque de transmission à d’autres personnes ;
- risque augmenté d’être contaminé par d’autres IST.

 

Les conséquences possibles de la blennorragie en l’absence de traitement sont :
- septicémie (infection grave du sang) ;
- infertilité principalement chez la femme ;
- infection des articulations.

 

Comment se protéger contre la blennorragie ?
Pour se protéger de l’infection à gonocoque, il faut utiliser un préservatif (masculin ou féminin) à chaque rapport sexuel quelque soit la pratique sexuelle (pénétration vaginale ou anale, rapport bucco-génital ou bucco-anal).

 

Que faire en cas de doute de contamination ?
En cas de doute de contamination par exemple suite à un rapport sexuel non ou mal protégé, il faut faire un dépistage. En cas de symptômes évocateurs de la blennorragie, il faut faire un dépistage et consulter un médecin qui prescrira les traitements adaptés pour les partenaires sexuels.

 

Où se faire dépister et avoir des informations ?
Il faut penser à faire un dépistage dans les situations suivantes :
- en cas de rapport sexuel non ou mal protégé ;
- en cas de doute ou de symptômes.

Le dépistage de la blennorragie consiste pour les femmes en un prélèvement vaginal (avec une sorte de coton tige dans le vagin), ce prélèvement n’est pas douloureux. Pour les hommes le prélèvement se fait au bout du pénis au niveau du méat urinaire, parfois seule une analyse d’urine sera nécessaire.

Il est possible d’avoir un dépistage gratuit mais aussi de trouver des informations :
- à l'ESPAS CMP à Nouméa (situé en centre ville - rue Gallieni). Avec ou sans rendez-vous en fonction des jours.
- dans les dispensaires.
- chez les médecins et sages-femmes agréés CDAG par la DASS. La liste de ces professionnels du territoire de Nouvelle Calédonie est consultable sur le site internet de la DASS.

 

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly