Return to site

I.V.G (Interruption Volontaire de Grossesse)

Prévention

L’IVG est le fait d’interrompre par moyen médicamenteux ou chirurgical une grossesse non désirée.
Le délai légal pour réaliser une IVG est de 12 semaines de grossesse.

 

Qui peut demander une IVG ?
Seule la femme concernée peut en faire la demande qu’elle soit majeure ou mineure. Elle peut également changer d’avis tant que l’IVG n’a pas été réalisée.
Selon la loi (article L.2212-1 du Code de la santé publique), toute femme enceinte qui s’estime placée dans une situation de détresse peut demander à un médecin l’interruption de sa grossesse.

Pour les mineures, l’accompagnement par une personne majeure est obligatoire pour autoriser les soins et l’anesthésie. Il est recommandé de se faire accompagner par ses parents (ou un représentant légal) afin d’être soutenue lors de ces étapes difficiles. Si pour différentes raisons cet accompagnement n’est pas possible ou si la femme veut garder le secret vis à vis de ses parents, elle peut venir avec la personne majeure de son choix.

Cette démarche est confidentielle, tous les professionnels de santé sont soumis au secret professionnel.

 

Comment et à qui demande-t-on une IVG ?
Avant de réaliser une IVG, deux consultations médicales espacées d’au moins une semaine (délai de réflexion) sont nécessaires.

* La première consultation médicale
Elle peut être réalisée auprès d’un médecin de ville, en dispensaire, en centre hospitalier, en clinique, au CCF (à Montravel)...
Elle a pour but :
- de formuler clairement la demande d’IVG par la femme ;
- d’évaluer l’âge de la grossesse par échographie (soit lors de la consultation soit en cabinet d’échographie de ville sur prescription) ;
- de renseigner sur les lieux où peuvent être pratiquées les IVG ;
- de renseigner sur les techniques pour réaliser une IVG (médicaments ou chirurgie) ;
- de renseigner sur les possibles risques et effets secondaires ;
- de répondre à toutes les questions de la femme ;
- d’expliquer les circonstances de survenue de cette grossesse non désirée, de refaire le point sur la contraception et sur les Infections Sexuellement Transmissibles.
Une attestation de consultation sera remise à la femme pour certifier du premier rendez-vous et de la demande d’IVG formulée.

* L’entretien social
Cet entretien est obligatoire pour les mineures et systématiquement proposé aux majeures.
Il permet de discuter de sa situation, d’avoir des conseils et renseignements sociaux. Cet espace de dialogue est important dans les moments difficiles de l’IVG.

* La deuxième consultation médicale
Elle a lieu dans un centre et avec un médecin réalisant les IVG. Elle se déroule après au moins 1 semaine de réflexion. (Ce délai peut être raccourci en cas de nécessité, si le terme légal pour pratiquer une IVG est très proche).
Lors de cette deuxième consultation, la femme confirme sont choix de l’IVG. Selon les indications médicales et après discussion avec le médecin, le choix de la technique pour pratiquer l’IVG sera fait et organisé. (L’IVG médicamenteuse n’est possible qu’en tout début de grossesse - jusqu’à environ 5 semaines de grossesse-).
En cas d’intervention pour une IVG chirurgicale, une consultation avec l’anesthésiste sera programmée.

 

Les techniques d’IVG
* L’IVG chirurgicale
Elle est réalisée au bloc opératoire sous anesthésie locale ou générale. Elle nécessite une hospitalisation de quelques heures.
La technique consiste en l’aspiration du contenu utérin au moyen d’une petite canule insérée à travers le col de l’utérus.

* L’IVG médicamenteuse
Elle consiste à prendre 2 médicaments différents à 36h-48h d’intervalle. L’un pour arrêter la grossesse et préparer le col de l’utérus et le deuxième pour provoquer l’expulsion de la grossesse. Le premier comprimé est pris lors d’une consultation et le second lors de l’hospitalisation en centre hospitalier, clinique ou centre de santé provincial. L’expulsion a normalement lieu quelques heures après la prise du deuxième médicament.

* Après l’IVG
Une consultation avec un psychologue est proposée à la femme.
Une consultation de contrôle est prévue 2 semaines à 1 mois après pour s’assurer de la bonne fin de la grossesse et de l’absence de complications.

 

La prise en charge financière d’une IVG
L’IVG est prise en charge à 100%, sans avance de frais, par le RUAMM ou l’Aide Médicale. Cela concerne : les consultations pré et post IVG, la technique d’IVG, les traitements en cas d’IVG médicamenteuse.
Les autres consultations et éventuels bilans sanguins sont pris en charge selon les taux de remboursement habituels et complété par les mutuelles.

Pour les femmes mineures, c’est l’assurance maladie du père ou de la mère qui prend en charge les frais. Cependant l’assuré n’en sera pas informé pour garantir le secret médical.

 

Où trouver de l’aide ?
En cas de besoin, il est possible de trouver des informations, des conseils dans les lieux suivants ou auprès des personnes suivantes :
- médecin, assistante sociale, infirmière scolaire…
- centres médicaux, dispensaires, hôpitaux, cliniques
- Centre de Conseil Familial (CCF) à Montravel (Nouméa)

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly